Et Tolstoï fugua

Et Tolstoï fugua

Tolstoï a 82 ans. Il est célèbre, riche, reconnu, adulé. Dans la nuit glacée du 27 au 28 octobre 1910, il quitte la demeure familiale de Yasnaïa Poliana. Sans prévenir femme et enfants, il s'enfuit sous un nom d'emprunt avant de s'arrêter, épuisé et malade, dans la maison du chef de gare d'Astapovo, petite bourgade peuplée de cheminots, où il meurt quelques jours plus tard. Cette fuite demeure une énigme : comment l'expliquer ? Deux livres viennent de paraître pour comprendre la course folle et dernière de cet astre de la littérature russe : Tolstoï est mort 1 et La Fuite de Tolstoï 2, une réédition. Le premier est l'oeuvre de Vladimir Pozner, poète russe, écrivain français, scénariste hollywoodien, ami de Gorki et de Pasternak qui a traversé sans tapage tous les tumultes du xxe siècle. Le second a été écrit par Alberto Cavallari, ancien directeur de Corriere della Sera.

Dans sa préface à La Fuite de Tolstoï, Linda Lê révèle que l'écrivain était en pleine possession de ses ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »