Et en vitesse !

Et en vitesse !

Le progrès technique a bouleversé les temporalités, y compris chez les écrivains, jusqu'à l'écriture automatique.

Rien ne demeurait inchangé, sinon les nuages » : c'est ainsi que Walter Benjamin évoquait l'impression d'écroulement d'un monde qui succéda à la fin des combats. Tout était à réinventer, en somme. À commencer par le XXe siècle lui-même, que John Dos Passos fait débuter en 1919. Les avant-gardes n'attendirent pourtant pas le traité de Versailles pour exprimer leur désir d'innovation : dix ans plus tôt, Robert Delaunay avait « cassé » la tour Eiffel, selon le mot du Douanier Rousseau, le corset s'était déjà défait (merci M. Poiret). Tandis qu'en 1917 « l'urinoir » de Duchamp faisait à New York une brève apparition, à Paris Philippe Soupault prêtait sa main à Cendrars pour applaudir Charlot, en passe de devenir l'un des mages de la modernité 1920 - avec le Bébé Cadum et Fantômas. Les Années folles ont fait du scandale un des beaux-arts et de la légende un mode d'appréhension du réel.

Les mots en « graphe »

Ce n'est pas le moindre des paradoxes de cette époque dominée ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes