... et au Panamá

... et au Panamá

Et si un certain Joseph Conrad avait volé l'histoire personnelle, familiale et nationale de José Altamirano pour écrire son chef-d'oeuvre, Nostromo ? On n'est pas chez Borges, mais dans l'univers malicieux de Juan Gabriel Vásquez, quelque part entre l'isthme du Panamá et Londres, entre 1876 et 1903. En 1876, José Altamirano, Colombien bâtard à la recherche de son père, croise un marin anonyme dans un bar de Colón, cité panaméenne. Conrad n'était pas encore Conrad et se livrait alors à la contrebande d'armes sur le bateau Saint-Antoine, bien avant de transformer la Colombie en république du « Costaguana ». « Anti-témoin » de sa propre histoire, Altamirano ne s'en ressouvient qu'en 1903, al ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Sarah Schulman

Sarah Schulman
Écrivaine, militante LGBT et activiste de longue date à Act Up New York