Esther Mésopotamie

Esther Mésopotamie

Les personnages qui hantent les livres de Catherine Lépront tirent de leur singularité le pouvoir de fascination qu'ils exercent sur ses lecteurs : qu'ils soient ces Gens du monde 2003 vivant dans des cabanes près des parcs à huîtres dans la Charente-Maritime, les musiciens baroques du Café Zimmermann 2001 ou Lil W., archiviste de la police parisienne dans Ces lèvres qui remuent 2005, ils se tiennent tous en marge du monde.

La narratrice d' Esther Mésopotamie fonde son univers sur la dissimulation : elle cherche à cacher sa légère boiterie, et ne révèle pas à ses parents qu'elle a abandonné le droit pour l'histoire de l'art, puis ses études pour un travail auprès d'Osias Lorentz, spécialiste en antiquités sumériennes. Elle a ainsi rejoint le « 161 », l'immeuble dont Anabella Santos João est la gardienne : cette Capverdienne a fui un mariage forcé dans son pays et prend dix kilos à chaque fois qu'elle va bie ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : À lire : « Lanny », Max Porter, traduit de l'anglais par Charles Recoursé, éd. du Seuil

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF