Est-il juste et rationnel de privatiser le net ?

Est-il juste et rationnel de privatiser le net ?

Les questions soulevées par l'abandon récent et controversé, aux États-Unis, du principe de la neutralité du Net illustrent les divers sens de la notion de bien commun et leur possible dérive.

C'était une des promesses électorales de Donald Trump. Et, bien qu'elle ait été combattue par une majorité écrasante d'Américains, toutes tendances politiques confondues, elle a été tenue : il y a trois mois, le président des États-Unis a décrété l'abandon du principe de neutralité du Net. De quoi s'agit-il ? Depuis sa création, le réseau transporte de façon indifférenciée tous les messages, quels que soient leurs émetteurs, leurs destinataires et leurs contenus. Cela signifie que le mail que nous envoyons pour prévenir que nous arriverons en retard pour le dîner sera acheminé à la même vitesse que le message urgent d'une entreprise demandant à un de ses fournisseurs de lui faire parvenir une pièce manquante, ou que le document décisif d'un service d'État comme les impôts. Les seules exceptions à cette règle concernent les réseaux privés, comme en possèdent certaines grandes firmes ou administrations. La fin de ce fonctionnement égalitaire était une demande des fournisseurs d'accès ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes