ESSAI D'INSOUMISSION

ESSAI D'INSOUMISSION

La manière de renverser les despotes paraît simple à la lecture de La Boétie : il suffit de tirer sous leurs pieds le moelleux tapis de notre consentement. Mais, quand on envisage les désastres personnels qu'entraînerait une telle initiative, cela paraît beaucoup plus compliqué. « On obéit parce que le coût de la désobéissance n'est pas soutenable », écrit Frédéric Gros. Son essai, Désobéir, prolonge l'esprit du Discours de la servitude, creuse ses concepts et les applique à la modernité. Quels sont les « inacceptables » que nous acceptons ? La soumission aveugle - où le serviteur abdique toute responsabilité - et la « soumission déférente » - où le soumis camoufle, derrière son obséquiosité, son mépris du chef - s'équivalent-elles ? Nuancé et rédigé dans une langue claire, l'essai de Frédéric Gros nous mène vers une idée de la responsabilité qui repose sur le rapport à soi-même par la vision d'un « moi indélégable ». Ce parcours, qui s'achève dans les lumières gre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon