Espèces de cons

Espèces de cons

Ils sont partout, résistent à tout, même à la taxinomie. Deux ouvrages tentent de les définir, en évitant un surplomb qui les rangerait dans leur catégorie.

Dure tâche que de parler des cons : dissertez intelligemment sur la question et voilà que vous vous éloignez du sujet en planant dans les hautes sphères de la pensée ; entrez en contact avec un de ces spécimens et voilà qu'il vous entraîne fatalement vers sa bêtise. Autant chercher la quadrature du cercle - vicieux, qui plus est. On peut néanmoins apprendre à « faire avec » en compagnie du philosophe (et collaborateur du Nouveau Magazine littéraire) Maxime Rovere, dans son traité d'éthique Que faire des cons ?. Ou alors faire l'inventaire des ressorts de la connerie (ils sont nombreux) dans l'ouvrage collectif dirigé par Jean-François Marmion Psychologie de la connerie.

Qui sont-ils, ces cons ? Première tâche ardue pour la philosophie qui « travaille par concepts, et non par personnages », comme nous avertit Maxime Rovere. Premier paradoxe : « Du point de vue d'une intelligence pure, les cons n'existent pas. Le parfait Sage, le Dieu des philosophes, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine