Entre marxisme et homo-érotisme

Entre marxisme et homo-érotisme

La vision barthésienne de la photographie, après s'être engagée aux côtés des marginaux, accompagne aussi une histoire de la visibilité homosexuelle de son temps.

La relation de Barthes au monde est pour beaucoup celle d'un observateur. Les images sont les témoins du regard qu'il a posé, un regard singulier qui révèle une véritable politique visuelle dans ses ouvrages. Dans son imposante édition illustrée de Mythologies, Jacqueline Guittard a fait remonter ces images à la surface, et on comprend à travers cette visiosphère que bien souvent la photographie est politique chez Barthes, qui n'a jamais caché ses engagements ni son marxisme critique. Outil de médiation avec le réel ou avec d'autres médias comme le théâtre et le cinéma, la photographie est aussi un révélateur. D'un côté, les images de Brecht prises par le photographe engagé Roger Pic témoignent des prises de position en faveur des marginaux et laissés-pour-compte, dont Barthes ne se départira jamais, même à l'époque de La Chambre claire. D'un autre côté, ses choix témoignent d'une culture visuelle qui dialogue avec la communauté homosexuelle, elle aussi marginalisé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes