Entre le western et la Bible

Entre le western et la Bible

Ça se lit comme un polar. » Souvent, cette phrase accrocheuse naît de la plume d'un éditeur ou d'un journaliste. Elle résume à elle seule tout le problème. En général, on l'applique à un roman dit « littéraire », ou appartenant à la littérature blanche, par opposition à la littérature noire. Lisons entre les lignes : c'est un vrai roman, vous pouvez l'acheter en toute dignité, mais aussi vous n'allez pas vous ennuyer, vous tournerez les pages. Ce qui revient à dire : ça se lit comme, mais c'est plus chic que, du polar. Voilà l'évidente preuve d'une ségrégation entre la « Noire » et la « Blanche ».

Parlons-en, de « La Noire », justement. Créée par Patrick Raynal chez Gallimard en 1992, cette collection mythique s'est élevée contre cet ostracisme littéraire. Et a apporté la preuve, dès ses débuts, que de vrais, de grands écrivains pouvaient choisir le camp du polar ou du roman noir : James Crumley, Nick Tosches, Francisco González Ledesma, Harry Crews, Larry Brown, Chuck Palahn ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes