Enrique Vila-Matas convie toute la littérature du monde à Dublin

Enrique Vila-Matas convie toute la littérature du monde à Dublin

Vila-Matas, pile et face, titre d'un livre-entretien richement illustré, pourrait tout aussi bien convenir à l'ensemble composé par deux de ses romans, Paris ne finit jamais et Dublinesca, qui vient de paraître. Dans le premier, il évoquait, sous l'égide de Paris est une fête d'Ernest Hemingway, deux années de jeunesse dans la capitale, où il avait choisi de s'établir pour écrire. Il y jouait avec humour des conventions du roman de formation pour nous parler de Marguerite Duras, qui le logeait, de Roland Barthes, croisé dans un café, ou encore de Sartre, dont il tâchait d'imiter l'attitude à grand renfort de pipe et de fausses lunettes. Dans Dublinesca, on passe de la première à la troisième personne, et d'un écrivain en herbe à un éditeur qui a clos son activité, Samuel Riba. Nous ne sommes plus dans le Bildungsroman, mais dans celui d'une vie qui s'achève, et le personnage central ne désire rien tant que s'éloigner d'une France et d'une Espagne trop familières pour faire le « saut ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes