Les salons à l'ancienne

Les salons à l'ancienne

Toute ville a désormais son festival ou son salon du livre (à commencer par celui de Paris, qui se tient ces jours-ci). Face à ces grands-messes se perpétue une tradition étonnamment vivace : les clubs et cercles privés, conviant les auteurs à converser en petit comité.

À côté des grands salons officiels, des foires carillonnées, il existe en France, à Paris surtout mais pas seulement, tout un maillage littéraire privé. Ces salons, cercles et clubs littéraires sont les héritiers d'une tradition française qui remonte au moins au siècle des Lumières, quand ces dames de l'aristocratie recevaient chez elles quelques beaux esprits. La formule a étonnamment perduré sous tous ses aspects : ce sont aujourd'hui majoritairement des dames des beaux quartiers, logées suffisamment à l'aise si elles reçoivent chez elles, qui sont à l'origine de ces initiatives, fondées sur la passion de la lecture, le goût de la transmettre, et surtout, surtout, de l'amitié. Toutes celles que nous avons rencontrées insistent sur ce point de départ fondamental. Ainsi Monique Raimond, créatrice en septembre 2016 et présidente du New Ladies Club, connaît personnellement toutes les adhérentes de son club, « femmes du monde ou d'entreprise, artistes, épouses de diplomate, toutes des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard