Enlève ta mainmise

Enlève ta mainmise

Écrivaine et fraîchement nommée directrice des éditions Julliard, Vanessa Springora a dû dès 13 ans subir l'emprise d'un écrivain célèbre qui n'a eu de cesse, sous couvert d'hédonisme, de pérorer sur ses exploits pédophiles. Aujourd'hui, elle se livre.

C'est une jeune femme très belle, à la voix douce, avec de grands yeux bleus et une bouche au dessin parfait. En sortent des mots qui ressemblent à son écriture, simple, précise, lettrée. Vanessa Springora est écrivaine. Sa langue est classique, lumineuse, juste. Elle a le mot vrai. Elle sait penser. Élégant et implacable, le récit qu'elle publie chez Grasset, Le Consentement, est saisissant. Depuis trente-cinq ans, son histoire lui a été ravie par un petit-maître libertin édité par les meilleures maisons. En publiant son récit, Vanessa Springora devient le sujet de sa propre histoire. Elle est éditrice, aussi, chez Julliard. Cet écrivain-là, aujourd'hui, elle ne le publierait pas. Dans le livre, elle ne dit pas son nom. Seulement ses initiales.

Elle n'était qu'une enfant lorsqu'elle a fait la mauvaise rencontre. Enfant. De infans, celui ou celle qui ne sait pas parler, qui ne sait traduire sa pensée par la parole. Celui ou celle qui est sa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes