Enfants de la piraterie

Enfants de la piraterie

Un essai sur l'inventivité sociale des pirates à Madagascar et le rôle particulier que les femmes y ont tenu.

Trente après son voyage à Madagascar, l'anthropologue américain David Graeber - auteur de Bullshit Jobs, de Pour une anthropologie anarchiste et d'une thèse sur « la magie, l'esclavage et la politique dans la Grande Île » - publie pour une première mondiale, chez les éditions françaises Libertalia, Les Pirates des Lumières ou la Véritable Histoire de Libertalia. Il y retrace l'histoire des sociétés nouvelles et pirates qui se sont développées au large de Madagascar à la fin du XVIIe siècle et s'attache en particulier à traduire leur organisation politique - expérimentale, radicale et utopique -, au-delà des fantasmes et des légendes, à partir des écrits de Mayeur, d'Avery, de Defoe, ou du contemporain Marcus Rediker. Œuvrant dans une perspective historiographique explicite, David Graeber rappelle à quel point certains éléments de l'histoire, perçus comme anodins ou sans importance par les témoins d'alors, ont été évincés. L'auteur insiste sur le rôle primo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.