En transe et en col roulé

En transe et en col roulé

À travers le récit de ses débuts littéraires et de ses aventures de jeunesse, l'écrivain fait le portrait d'une époque qui paraît aujourd'hui à des années-lumière : les années 1970, où l'on vivait et pensait sans peur du lendemain. Michel Braudeau en rencontra les maîtres, les galériens et les bonimenteurs. Un roman de formation à tous égards.

« C'était autrefois. » Impérieux tel le la du premier violon en prélude à la musique, cet incipit lapidaire orchestre toute la confession de Michel Braudeau et donne la règle aux impatiences de la mémoire : ce qui va se livrer ici n'a plus cours ni vie. Les acteurs sont prévenus, ils retourneront au silence et à la nuit sitôt jouée leur partition. C'était autrefois et ça n'est plus. C'était avant. Bien avant. Avant les crises, la déprime, la récession, le déclin, avant le burn-out national et les humiliations du French bashing. On ne retrouvera jamais le paradis perdu des années 1970, ce moment devenu impensable, même aux esprits les mieux pourvus en discernement, où un président de la République parut et promit : « Mes chers compatriotes, j'en prends l'engagement, nous parviendrons à maîtriser la croissance » (il y en avait trop).

On roulait sans ceinture

Les âges pompidoliens, ouverts par le puissant souffle de M ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé