En silence

En silence

Edgar Flétan, « fatigué du tumulte des eaux, des orages massacrant les épis, de la grêle qui réduit un verger à des feuillages hachés menu et à une mélasse de fleurs au sol », prend de la terre un dégoût qui étonne et révolte les autres paysans qui le verront partir « avec l'inclémence d'un peuple coriace et résigné ». Edgar a vendu sa ferme dans l'espoir de trouver en ville un avenir meilleur. Ce portrait pourrait être d'un agriculteur de cette fin d'été 2000, mais c'est de 1897 au début de la Grande Guerre que se déroule l'histoire des Flétan, Edgar, sa femme Adélaïde, leurs filles Marie et Anne. Une façon bien efficace de résumer sur ces quelques années ce qui, depuis un siècle, est la condition de gens arrachés à leur terre, c'est-à-dire à leur passé, et affrontés à une sorte d'exil dans un univers où tout est à repenser, où rien ne semble fait pour eux, et où - c'est le grand intérêt du roman - l'on ne peut plus être le même homme, la même femme, les mêmes enfants.

La ch ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine