Quand le 9e art s'approprie Pagnol

Quand le 9e art s'approprie Pagnol

Les éditions Grand Angle font paraître l'adaptation en bande dessinée du Château de ma mère, deuxième tome des Souvenirs d'enfance, l'autobiographie romancée de Marcel Pagnol.

Après l'adaptation de La Gloire de mon père en bande dessinée, celle du Château de ma mère s'imposait. Parue en 1957, l'autobiographie romancée de Marcel Pagnol retrace ses souvenirs d'enfance, une fin d'été douloureuse, et notamment sa rencontre avec le jeune Lili des Bellons, avec qui il se liera d'amitié... Afin de transposer le roman dans le 9e art, il aura bien fallu mobiliser deux scénaristes, Serge Scotto et Eric Stoffel, et un dessinateur, Morgann Tanco. Et pour rester le plus proche possible de l'œuvre originale, Nicolas Pagnol, petit-fils de l'auteur, qui a écrit des livres sur son grand-père, s'est assuré que l'œuvre de ce dernier est au centre de la bande dessinée. En effet, la première phrase narrative est tirée de la première page du roman: « Ni les ronflements puissants de l'oncle Jules, ni les hurlements du cousin Pierre, qui réclamait son biberon vers les deux heures du matin, n'avaient la force de traverser mon sommeil. » Alors, à quand Le Temps des secrets, troisième tome des Souvenirs d'enfance[Voir le portfolio] 

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon