Cabanes imaginaires autour du monde

Cabanes imaginaires autour du monde

Le photographe Nicolas Henry est parti plusieurs années pour recueillir des témoignages autour du monde à la rencontre des grands-parents (Les Cabanes de nos grands parents, Actes Sud, 2011). Avec ce nouveau projet, il met en scène des communautés autour des changements de traditions, la nature, la famille, l’amour…

Ces installations baroques d’un espace imaginaire offrent un portrait baroque des personnes rencontrées. La démarche est singulière. Nicolas Henry raconte : « Lorsque j’étais petit, mon grand-père m’a appris à manier le bois, ma grand-mère l’art de coudre. Un jour, presque naturellement, j’ai voulu retrouver avec eux ces jeux d’autrefois, riches de cette transmission, de ces savoir-faire, et une cabane est née. Une parole aussi, entière et spontanée. Alors m’est venue l’idée des “cabanes de nos grands-parents”, pour ne pas laisser perdre cette parole, et pour saisir cette forme de liberté que les anciens acquièrent en perdant le sens des vanités.»

Enrica Sartori

À lire
Cabanes imaginaires autour du monde, Nicolas Henry, préface Irina Brook, éd. Albin Michel, 222 p., 49 euros

Voir le portfolio

Cabanes imaginaires autour du monde, Nicolas Henry

 

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon