POURQUOI ELLE DIVISE

POURQUOI ELLE DIVISE

La philosophe, qui publie un nouveau livre, demeure intransigeante sur sa conception de l'universalisme et les débats autour de l'islam français. Les attaques dont elle est l'objet, non sans approximations, cristallisent les désarrois et tabous hexagonaux.

« On ne naît pas femme on le devient. » Cette phrase est la plus célèbre du Deuxième Sexe, le livre de Simone de Beauvoir qui a servi de bréviaire à des générations de féministes. Mais tout le monde n'est pas d'accord sur ce qu'elle peut signifier. Si certaines féministes l'ont entendue comme une invitation à devenir toujours plus femme, Élisabeth Badinter tire une part de sa célébrité internationale de l'avoir comprise à l'inverse : en déconstruisant ce que société et nature nous forcent à considérer comme les marques de la féminité. Devenir femme consiste à devenir neutre, donc universel. Ainsi son premier livre en 1980, L'Amour en plus, déconstruisait-il le mythe de l'amour maternel, ce qui valut à l'auteur d'être adoubée par les féministes. Douze ans plus tard, avec XY, c'est la notion d'identité masculine qu'elle attaquait avant de revenir sur la notion de maternité en 2011 dans Le Conflit.

Il y avait donc une sorte de cohére ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon