En compagnie de Satan

En compagnie de Satan

Première et exemplaire révolte : celle de Satan qui expérimenta le pouvoir de dire non. Au fil de l’Histoire, les enfants de Lucifer n’ont cessé de revendiquer une humanité libre, débarrassée des oppressions, des dogmes, des contraintes morales. Satan, Stirner, la révolte en marche.

Au commencement était le Verbe. Et juste après, le pouvoir de dire Non. Dès que le langage fut donné, dès qu’il expérimenta son pouvoir créateur, il lui fallut bien constater qu’il avait également engendré son contraire, ses limites, les moyens de sa propre négation. Dire non, c’est exacerber la puissance d’une force, la radicalité d’une énergie qui s’oppose, c’est pouvoir aussi. Pouvoir dans l’absolu, mais aussi dans l’exercice et la pratique, poser et opposer, s’opposer au réel. Dès que Dieu fit le monde idéal en le nommant, Satan le défit en le construisant comme il est, réel, riche et fort des puissances de la négation, puis de la contradiction. De l’ange déchu vint la réalité transfigurée, la rébellion fut son instrument. La dialectique procède d’une invention diabolique.

Satan fit des émules, en nombre. Les premiers furent les deux créatures initiales, Adam et Eve, pourtant promises au bonheur absolu et éternel si d’aventure elles avaient obéi e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé