En cabane au Canada

En cabane au Canada

À chaque nouveau Jean-Paul Dubois, le lecteur peut jouer à repérer les récurrences qui réapparaissent sous sa plume. Un personnage principal nommé Paul ? Présent. Des allers-retours entre Toulouse et l'Amérique du Nord ? Comme toujours. Le deuil en toile de fond ? Forcément. Tout est là : une Anna, des parents dysfonctionnels, des vieilles voitures, un dentiste tortionnaire... Même la tondeuse à gazon. Pour Jean-Paul Dubois, la vie et l'écriture affluent au rythme de répétitions et de brusques décrochages. Son narrateur l'affirme : « Nous faisons tous partie d'une gigantesque symphonie qui, chaque matin, dans une étincelante cacophonie, improvise sa survie. » Le tropisme du romancier pour les voitures est éloquent. Trois modèles apparaissent, tous atypiques. Trois hapax dans l'histoire d'une industrie qui inventa la production à la chaîne. Il en va de même avec la loi des séries chez Jean-Paul Dubois : elles sont faites pour accueillir les irrégularités. Les exceptions ne manquent p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard