EN 2022, JUSTINE SE FERA ENCORE BANDER LES YEUX

EN 2022, JUSTINE SE FERA ENCORE BANDER LES YEUX

Après le séisme #MeToo, beaucoup ont prédit la fin d'une certaine idée du sexe et de la séduction. Faux, répond l'écrivaine et chroniqueuse Maïa Mazaurette, en nous donnant rendez-vous en 2022.

La catastrophe érotique n'est pas advenue. En 2022, les secrétaires couchent toujours avec leurs patrons, les Noires avec les Blancs, les maigrichons avec les grosses, les acteurs avec les productrices. Le taux de divorce est en baisse. Harvey Weinstein vit désormais au Kazakhstan, qui n'a pas de traité d'extradition avec les États-Unis. Donald Trump est en taule. En 2022, personne ne regrette l'ère pré-#MeToo : on est passé de l'âge de pierre à l'âge de chair - l'« érotique solaire » espérée par Michel Onfray est advenue. Les joies de l'aveuglement, des plaisirs obscurs, de l'élitisme ? L'érotisme limité au caché-dévoilé ? Dépassés - c'est-à-dire non pas rangés sous le tapis, mais littéralement prolongés. On se demande comment on a pu avaler, en pleine civilisation de la communication, en plein boom pornographique, que le silence et l'invisible étaient plus légitimes (plus excitants !) que le dire et le voir. La terrible société de transparence et ses dérives totalitaires sont rest ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »