Effondrés

Effondrés

Canicule, panne d'électricité géante, coupures d'eau... tout s'écroule, sous les yeux d'un homme quelconque.

Les titres des romans de l'automne sont parfois angoissants : Purge, Black-out, Massacre... Denis Cheynet remporte la palme avec Tu crèveras comme les autres, un roman d'apocalypse dont le titre-avertissement s'adresse au lecteur, invité à coller sa photo dans un cadre prévu à cet effet sur la couverture. Le roman raconte l'écroulement de notre monde vu par un cadre sup lambda, dans un pays qu'on suppose être le nôtre. Tout commence par une canicule (comme dans la série des romans-catastrophes de J. G. Ballard), suivie d'une panne d'électricité et de coupures d'eau. En ville, les vivres s'épuisent. Le président appelle au calme, mais bientôt tout dégénère : pillages, exodes, retour à l'état de nature...

L'écroulement de la société de consommation et les stratégies de survie sont depuis quinze ans des thèmes récurrents du roman français (Xavier Patier, Dalibor Frioux, etc.). S'il n'évite pas toujours les clichés du genre et si son style manque de légèreté (l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article