Edmund White, chassés-croisés

Edmund White, chassés-croisés

Né en 1940 dans l'Ohio, Edmund White aura connu les situations les plus limites en matière amoureuse. L'Amérique de son adolescence criminalisant l'homosexualité, il passe deux décennies sur le divan dans l'espoir de devenir hétérosexuel. Tôt parti de sa province, il voit les docks de New York, dans les années 1970, se remplir d'hommes en quête de plaisir et de boîtes toujours plus vastes dédiées aux pratiques sexuelles extrêmes. Le sida, à partir de 1982, décime si bien sa « communauté » que, fuyant les hôpitaux et les cimetières, l'écrivain se réfugie en France. Dix ans après son retour à New York, il n'est plus question que de mariage gay, d'adoption et de garderie. Ces sautes incroyables d'humeur sociales confèrent à l'entreprise autobiographique de White une vitalité particulière. Le jeune homme poétique, érotico-dépendant et coupable, d'Un jeune Américain, premier titre de sa grande trilogie romanesque, est devenu l'un des porte-parole de la cause gay. Le provincial complexé q ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine