Ecce homo

Ecce homo

PARIS (7e) Jusqu'au 2 janvier

Couvrez ce pénis que je ne saurais voir... L'homme se dévoile au musée d'Orsay grâce à une exposition qui se révèle la première mise en perspective de l'effeuillage masculin à travers les siècles et les techniques artistiques en France (après celle du Leopold Museum de Vienne qui a eu lieu à l'automne 2012). Ecce homo, donc. Interpréter la nudité masculine comme un idéal classique - héroïque et glorieux -, une incarnation mythologique ou biblique, un miroir de la vie quotidienne, ou encore une tentation voire un objet de désir, témoigne de l'évolution politique, sociale et culturelle. Voici le corps mâle sculpté par Bourdelle, Rodin ou Bourgeois, peint par Moreau, Bacon ou Hockney, photographié par Pierre et Gilles, Mapplethorpe ou LaChapelle, croqué par Cocteau, Schiele ou Warhol... Et quand l'art rend hommage au nu masculin, la littérature en rougit : comme le souligne Charles Dantzig dans le catalogue de l'exposition (éd. Musée d'Orsay/Flammarion), les lettres ont toujou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé