Duras, pythie médiatique

Duras, pythie médiatique

Un livre rassemble plus de quarante des entretiens que l'écrivaine a pu accorder, dans des cadres très divers. Ils sont riches d'enseignements.

Vingt ans après sa disparition, Marguerite Duras se rappelle à nous avec Le Dernier des métiers. Mais avait-on oublié celle qui, dans ce recueil d'interviews transcrites, interroge la position de la littérature face au monde et manifeste une intelligence à vif des problèmes de la création ? Avec ce livre d'outre-tombe que seule sa voix a dicté, Duras nous accompagne, intacte, depuis un siècle qui n'est plus le nôtre.

Question de collecte et de montage : des 44 entretiens sélectionnés et transcrits par Sophie Bogaert se dégage in vivo la cohérence sinueuse d'une recherche. Ce dernier mot s'impose, à lire/entendre Duras dénouer sur trois décennies ses raisons intimes et idéologiques d'écrire. À ce jeu, nulle vitrification médiatique de sa propre image - « Ils disent "Duras" », ironise l'écrivaine, tenant à distance le Narcisse qui sommeille en elle. Le seul souci d'elle-même est de trouver en soi la formule exacte qui sache nommer le point d'opacité dictant, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine