Duras en zone grise

Duras en zone grise

Le réalisateur Emmanuel Finkiel adapte le livre où Duras relate « son » interminable Libération, entre attente et ambiguïtés : tout sauf un biopic.

la Douleur de Marguerite Duras constitue une matière hautement inflammable. Ce recueil retranscrit des épisodes qu'elle a vécus durant la fin de l'Occupation, et avant tout l'attente de son mari, Robert Antelme, futur auteur de L'Espèce humaine, arrêté pour résistance le 1er juin 1944, qui ne reviendra à Paris qu'en mai 1945, sauvé in extremis du camp de Dachau. L'écrivaine a toujours entretenu la confusion entre le biographique et le littéraire. La Douleur charrie son lot de souffrances, de rage, d'équivoques, d'indicible, mais aussi de non-dits, notamment sur certains de ses choix avant 1943 et son entrée en résistance : elle a cosigné en 1940 un livre colonialiste, plus tard désavoué ; elle travaille en 1942 dans une commission de la Propagandastaffel allemande, chargée de répartir le rare papier entre les éditeurs français.

Au-delà de ces silences, tous les noms propres sont modifiés ou gommés. Robert L. n'est plus Antelme. Il ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article