Dupin rejoint le cosmos

Dupin rejoint le cosmos

L'un des derniers titans de la poésie du XXe siècle s'est éteint, laissant une oeuvre comme taillée au silex.

S'est-elle éteinte, la voix de Jacques Dupin, ou résonne-t-elle encore dans la montagne de ses mots, au coeur des lichens et des chardons, des cailloux et des oiseaux ? Cendrier du voyage (1950), son premier recueil, préfacé par René Char et doté d'un frontispice d'André Masson, augure le compagnonnage de toute une vie, en résonance avec poètes et artistes ; il fondera en 1966 la revue de poésie et d'art L'Éphémère. Son oeuvre gravite dans la constellation d'Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, André du Bouchet - une poésie du lieu, présent interstellaire à opposer à un après-guerre en ruine. Si les deux premiers suspendent leur poème à l'invocation d'une possible présence, du Bouchet et Dupin sculptent un tout autre monde, où le sujet s'est dissous : contre-lyrisme d'un territoire inédit qui, en chaque poème, s'édifie sur de nouveaux gravats.

S'est-elle évanouie, la plume du poète, dont les textes de critique d'art, cherchant à capter l'irréductibilité du ges ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes