D'une Russie sous stupéfiants

D'une Russie sous stupéfiants

Le problème de l'alcool en Russie est bien connu. Celui de la drogue, moins. Confondu avec son narrateur écrivain, Andreï Doronine choisit la voie de la tragicomédie pour raconter son expérience d'ex-junkie. Comme Irvine Welsh (Trainspotting, Ecstasy), il est aussi drôle que glauque. Afin de se procurer des substances, lui et ses compagnons d'infortune ne reculent devant rien. L'un se sert d'un chat mort raidi par le froid pour assommer ses victimes et les dépouiller, d'autres les font chanter. Presque interchangeables, les personnages durent le temps d'une séquence, chacune donnant lieu à une nouvelle stratégie : notre anti-héros se fait passer pour un gourou et devient un inspecteur d'hygiène corrompu... Ces séquences, qui nous dépeignent la société russe, semblent avoir été réalisées sous l'emprise d'un coup de folie d'écrivain - où se mire la folie collective.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine