Dumping biblique

Dumping biblique

Que la Bible discountée, distribuée en grandes surfaces, affichée en tête de gondole, vendue à 1,50 euros, soit le prix d'un express serré au zinc, fasse un tabac, est-ce vraiment une bonne nouvelle ? Ou faut-il déplorer là toutes les ambiguïtés marchandes d'une fausse apparence de gratuité ? L'auteur de ce coup d'édition, la pourtant puritaine Société biblique de Genève, revendique un tirage de 700 000 exemplaires sur un seul semestre, écoulé pour un tiers en France, le reste en francophonie, à commencer par le Canada et l'Afrique, ces terres promises du démarchage spiritualiste. À volonté de grande consommation, grande distribution, donc... Au risque de confondre communion et communication. Car, en attendant de mettre en pratique la Parole de Dieu sur l'argent, ce sont les hypermarchés qui se chargent de dispenser ce produit d'appel, apte à susciter l'achat instinctif de la ménagère CSP+ sans plomber son Caddie©. Ou à séduire le bobo se rendant à un dîner en ville.

Est-ce s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé