William Faulkner : du terroir à l'universel

William Faulkner : du terroir à l'universel

Le club des Nobel

Tous trois couronnés par l'Académie suédoise, Ernest Hemingway, William Faulkner et John Steinbeck ont soufflé un vent nouveau sur la littérature américaine.

Affabulateur, alcoolique, reclus rongé d'angoisse et hanté par l'échec, William Cuthbert Falkner (1897-1962), plus connu sous le nom de William Faulkner, disposait bien des qualités requises pour entrer dans la légende surannée de l'écrivain maudit. À ceci près que cette légende ne tenait pas chez lui de la posture. Faulkner n'a pas attendu la postérité pour se révéler un auteur d'une ampleur phénoménale (couronné en 1949 par le prix Nobel), au point que son aura excède largement la catégorie purement américaine. Elle rejoint celles de Marcel Proust, de James Joyce, de Virginia Woolf et de Franz Kafka, bref de ceux qui ont balayé, en libérant dans leurs écrits les flux de la conscience et du monologue intérieur, les topiques de la littérature du XXe siècle.

Galerie d'antihéros

Ce n'est pas l'un des moindres paradoxes de William Faulkner, auteur de portée universelle, que d'être aussi un écrivain de terroir, franchissant rarement dans ses fictions les limites d'un c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes