Du soupçon aux points de suspension

Du soupçon aux points de suspension

De Modiano à Volodine, de Toussaint à NDiaye,la part la plus fertile de la littérature française contemporaine a quitté les rivages de la radicalité pour un équilibrisme volontiers instable, joueur et spéculatif.

On connaît des gens de plume qui ne doutent de rien, et surtout pas d'eux-mêmes. Ils portent beau l'habit d'écrivain, arpentent les terres de la fiction éternelle, droits dans leurs bottes de sept lieues. Leur ramage excède rarement leurs tirages. Quelle que soit l'époque, des romans à succès perpétuent ainsi des formes caduques, des postures d'auteur flottent à la surface des choses, des visions du monde aussi vieilles que le monde lui-même, des propos sur la vie aussi définitifs que la vie est provisoire, s'engluent dans un même conformisme antidaté. Il est pourtant des voix qui viennent régulièrement parasiter le concert. Dans une langue décalée, elles émettent quelque parole autre, interrogative sinon inquiète, dissonante voire dissidente, qui tantôt rencontre un écho collectif, tantôt résonne à la marge. À quoi ressemble aujourd'hui cette part du doute à laquelle se reconnaissent les oeuvres romanesques les plus marquantes de notre temps ? À tout, sauf à une atmosphère de soupç ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.