Du silence sur les mains

Du silence sur les mains

Dans la jungle de la rentrée 2006, un premier texte au titre programmatique, Courir dans les bois sans désemparer, se frayait sans bruit mais tout en bruissements, un chemin certain jusqu'au lecteur conquis. On restait sous le choc de cette écriture sobre et précipitée de Sylvie Aymard, à la fois brutale et raffinée, qui disait le fracas du bris des rêves d'une femme en délicatesse avec son propre avenir. On se demandait pourtant, si ce premier roman intime, chuchoté, rédempteur, devait vraiment en appeler d'autres, si l'on n'était pas plutôt face à cette sorte d'éblouissement unique, la découverte incontestable de l'auteur d'un seul livre.

Du silence sur les mains le dément. On n'est plus tout à fait au coeur de la forêt, mais c'est le bord de la nature - un village dans le Midi - dont la présence mi-menaçante mi-protectrice envahit toujours autant le silence des êtres. Une femme vit seule avec son fils, Toni, 10 ans, dans l'héritage des mensonges et d'un passé qui se dérobe ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes