DU DIVIN DANS L'HOMME

DU DIVIN DANS L'HOMME

L'historienne Frances Yates développe l'idée que l'hermétisme est au source des sciences appliquées, quand l'Israélien Moshe Idel s'interroge sur la conscience qu'un messie a de lui-même.

Si les idées loufoques se développent de manière incontrôlée, c'est peut-être que nous avons laissé se perdre ce qui reliait l'irrationnel aux formes les plus intéressantes de notre connaissance. La lecture combinée de deux livres, l'un sur l'hermétisme, l'autre sur les vocations messianiques, devrait recoudre la blessure. Sur les références à Hermès Trismegiste, patron des magiciens et autres alchimistes, la thèse de l'historienne britannique Frances Yates est désormais classique : « Le mouvement hermétique a favorisé les véritables sciences appliquées. » Les textes de figures telles que Vinci, Bacon, Copernic, Newton montrent que la science moderne n'a jamais désenchanté le monde.

Ayant réappris à nous émerveiller, passons un cap. Quelle est, demande Moshe Idel, la forme de conscience qu'un messie a de lui-même ? Comment entrer dans ces « zones méconnues de la conscience humaine » ? Brassant un bon nombre d'exemples hallucinés, l'historien et philosophe israélien démontre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »