Du dialogue au malentendu

Du dialogue au malentendu

Le stoïcisme n'a pas directement et durablement influencé la littérature. En revanche, poètes et écrivains ont quelquefois prolongé dans leurs oeuvres les réflexions de l'école du Portique, quitte à les infléchir à leur manière.

Comme pour les autres philosophies antiques, la présence vivante du stoïcisme dans la littérature française suit la courbe historique du rapport culturel des écrivains à l'Antiquité gréco-romaine, et celle de l'existence d'une littérature de « moralistes », caractères, essais, pensées, apologies, etc. C'est déjà dire combien il s'affaiblit au xxe siècle, en dépit de quelques exceptions. Mais le xviiie n'en fait guère plus de cas - là où l'épicurisme a eu la chance d'incarner le matérialisme athée, comme le souci de soi et du plaisir, et fait sentir sa présence en filigrane ou plus nettement, chez Voltaire Ode à Horace , par exemple. N'oublions pas non plus que les genres littéraires jouent un rôle important, et tendent à appeler tout naturellement à eux telle ou telle philosophie sous-jacente : la tragédie sera le lieu privilégié d'attitudes stoïques, là où le roman comique convoque la contingence, le hasard, et les personnages moralement douteux ; ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine