Du bleu à l'âme

Du bleu à l'âme

Révélée en France avec Les Argonautes - une histoire d'amour entre l'autofiction et l'essai -, Maggie Nelson élabore, dans Bleuets, le récit d'une rupture. À travers 240 variations, elle raconte son lien passionnel à la couleur bleue, dont elle est « tombée amoureuse » alors qu'elle vivait une séparation. L'histoire d'une douleur qui traverse le corps et l'esprit est associée à la couleur de la mélancolie et du deuil, qui offre à l'autrice l'occasion de traduire ses états limites. La particularité de l'écriture, c'est la composition en constellations, ici numérotées en fragments. Tantôt ils convoquent des souvenirs, tantôt ils font référence aux travaux d'intellectuels et d'artistes, qui se baladent dans le livre comme les spectres d'un imaginaire possiblement commun, traçant des points de jonction entre l'herméneutique et le réel.

L'autrice cherche, de textes en textes et dans un schéma du désir - du « kiff » -, à saisir ce qui la rattache à la couleur bleu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard