Dracula chez Borges

Dracula chez Borges

Connaissez-vous mythe plus exsangue que celui du vampire ? Depuis qu'il a quitté les pages du roman de Bram Stoker, le non-mort a connu à peu près toutes les résurrections en livres, films, bandes dessinées, dessins animés, comédies musicales. Ultime outrage, la modernité, toujours prompte à confondre dépoussiérer et aseptiser, l'a dernièrement changé en icône du glamour pour masses adolescentes. C'est donc un objet dénaturé, lissé par l'industrie du divertissement, que Pablo De Santis entreprend de restaurer dans Los Anticuarios (« Les Antiquaires »). En transfusant au mythe non pas le « sang neuf » de rigueur, mais un sang vieux, celui de la mélancolie, de l'occultisme de naguère, associé aux vitamines du sous-texte littéraire originel. Tout ce que contenait le vampire avant d'être saigné par les marchands lui est ainsi réinjecté, mais filtré par l'imaginaire argentin et - désolé pour le cliché ! - borgésien de De Santis.

Vampire, pas une fois dans le roman le mot ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon