Douce France

Douce France

Bien que n'étant pas leur pays d'enfance, la France a été douce à ceux qui ont mis au monde et élevé la narratrice de ce quatrième livre de Karine Tuil. Si l'on n'y croise guère les parents de son héroïne, une jeune romancière qui se laisse volontairement interner dans un centre d'immigrés, l'enjeu de cet ouvrage est pourtant de parler du poids des origines, d'acceptation ou de refus des racines. Donc, de filiation.

Attrapée par erreur dans une vague d'arrestations collective, la narratrice se prétend roumaine sans papiers et se voit confrontée à un quotidien dont elle ne soupçonnait pas la dureté : hygiène minimale, civisme de façade, confrontation aux inepties de l'administration. Elle sera aussi obligée de regarder le miroir tendu par les visages qui l'entourent : ne leur ressemble-t-elle pas ? Née d'un couple de juifs émigrés ayant cherché à gommer leurs différences pour s'intégrer, n'est-elle pas aussi perdue dans son propre pays, la France, que ces étrangers ?

Ro ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes