Tous créatures de Frankenstein

Tous créatures de Frankenstein

Le roman de Mary Shelley cristallise un âge de la science qui est plus que jamais le nôtre. L'écrivaine avait compris qu'un loquet de sécurité avait sauté : on s'autorise désormais à modifier et à remodeler le vivant, y compris les êtres humains. Ce que rien aujourd'hui ne semble pouvoir endiguer.

Plus que jamais, nous habitons le songe de Frankenstein. Sa première source d'énergie fut l'électricité. Dans le roman, c'est un orage qui révèle à Frankenstein, jeune étudiant de l'université d'Ingolstadt, la vigueur électrique de la foudre qui réduit en cendres « un vieux chêne magnifique ». Mary Shelley intègre ainsi dans le roman les découvertes scientifiques du XVIIIe siècle. Si l'abbé Nollet est le premier à associer le tonnerre et l'électricité dans ses Leçons de physique expérimentale (1743), le pouvoir électrique de la foudre est prouvé en 1752 par Benjamin Franklin, qui réussit à capter l'électricité atmosphérique grâce à l'invention du paratonnerre et à l'utilisation de cerfs-volants. (La première syllabe du nom de Frankenstein a parfois été rapprochée de celle de Franklin.)

Mary Shelley est aussi très informée sur les théories de « l'électricité animale ». Celle d'Erasmus Darwin, qui ne doute pas que l'électricité possède une fonction de guérison, du fait ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine