Science-fictions d'une mutation

Science-fictions d'une mutation

Dans le sillage de H. G. Wells, de Ray Bradbury ou de Philip K. Dick, nombreux sont les romanciers à avoir imaginé de nouvelles formes d'humanité. Il en résulte bien des scénarios possibles, des plus fantaisistes aux plus documentés. Passage en revue.

Le posthumain, un nouvel horizon ? Pour la science-fiction, c'est une vieille lune, si l'on songe aux Éloïs, ces hommes du futur imbéciles et heureux inventés par H. G. Wells dans La Machine à explorer le temps. Une vieille lune éclairée par le darwinisme : si les espèces évoluent, pourquoi l'homme ferait exception, comme se le demandait l'écrivain Van Vogt en faisant pousser des antennes télépathiques sur la tête des mutants persécutés dans À la poursuite des Slans ? Et, puisque l'homme est si malin, pourquoi ne guiderait-il pas son évolution, comme dans Dune, où l'ordre du Bene Gesserit organise les mariages entre rejetons de maisons nobiliaires pour provoquer l'émergence d'un surhomme, le Kwisatz Haderach, qui pourra entre autres voir l'avenir ? Pourquoi n'ajusterait-on pas l'homme à la société comme dans Le Meilleur des mondes, de Huxley, où les individus nés par ectogenèse (un autre rêve transhumaniste) sont configurés pour répondre aux besoi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine