Premiers jalons dans les tréfonds du cerveau

Premiers jalons dans les tréfonds du cerveau

Utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson, la stimulation cérébrale profonde agit sur des zones précises du cerveau, via des implants : s'ouvre là un immense champ d'action pour soigner mais aussi éventuellement doper nos neurones. Le co-inventeur de cette technique nous éclaire sur son fonctionnement et exprime ses doutes quant à certaines pistes de recherche.

On savait que certains patients parkinsoniens, après un accident vasculaire cérébral, voyaient disparaître le tremblement de leur hémicorps même si la paralysie était modérée. Cela signifiait qu'une lésion du cerveau permettait d'améliorer certains symptômes. Dans les années 1960, le thalamus a été désigné comme la meilleure cible neurochirurgicale dont la destruction pouvait réduire le tremblement. Le thalamus est une structure située en profondeur de chaque hémisphère cérébral. C'est un petit cerveau à lui seul, passage presque obligé de la plupart des voies reliant la moelle épinière et le tronc cérébral au cortex cérébral. L'opération consistant à créer une petite lésion dans une partie du thalamus s'appelle thalamotomie. Néanmoins, des effets indésirables permanents pouvaient persister, tels des troubles moteurs, des troubles de l'équilibre ou un affaiblissement intellectuel.

Comment est-on passé de la thalamotomie à la stimulation cérébrale profonde ? On peut localiser ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine