Les oracles de Philip K. Dick

Les oracles de Philip K. Dick

Enfermé chez lui, il voyait très loin... Philip K. Dick compte parmi les auteurs de SF les plus prescients, au sens dickien du terme : longtemps avant que l'on parle du transhumanisme, il envisageait déjà comment la biologie et la technologie pouvaient reculer les limites de la nature humaine. Dans des nouvelles (1) comme « Question de méthode », les privilégiés du futur bénéficient de multiples accessoires : implants crâniens, colliers interphones (semblables aux gadgets vendus par Apple), mini-ordinateurs, plus contraignants pour les libertés individuelles que le prétendent leurs gouvernements. Enfin, l'écrivain américain imaginait un homme nouveau biologique, à travers ses figures récurrentes de mutants. Certains peuvent lire dans les pensées, d'autres soulever des montagnes, voire téléporter des planètes (« Un monde de talents »). Dans des dictatures normatives, ils sont couramment persécutés. Les plus célèbres sont les « précogs », capables de prédire l'avenir ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine