Jean Cocteau: «Si j'étais seul juge, je donnerais le prix du meilleur rôle au capitaine Crochet»

Jean Cocteau: «Si j'étais seul juge, je donnerais le prix du meilleur rôle au capitaine Crochet»

L'écrivain présida le jury du festival deux années consécutives (1953 et 1954), avec autant de scrupules que - parfois - de lassitude.

Jean Cocteau entretint avec le Festival de Cannes des rapports particulièrement assidus. De 1946, date de la création du grand rituel où La Belle et la Bête est présentée, à 1959, année où il parraine avec éclat Les Quatre Cents Coups de Truffaut, le poète en est une figure marquante. Il fut en effet président du jury en 1953 et 1954, avant d'être sollicité de nouveau en 1956 puis en 1957, cette fois pour assurer la présidence d'honneur.

Pourtant, en dépit de ce long compagnonnage, le poète n'avait, nous le savons, que peu d'estime pour ce genre de manifestations, qu'il comparait à d'infantiles distributions de prix. En outre, et comme il ne cessa de le répéter, lui qui tant de fois avait paru sur le banc des accusés ne se sentait guère à l'aise du côté des juges. En ayant néanmoins accepté la charge, Cocteau aura à coeur d'être un bon président de jury et de servir de son mieux l'idée élevée qu'il se fait du cinématographe. Il y réu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes