Cryptomonnaies : fiction et réalité

Cryptomonnaies : fiction et réalité

De la science-fiction aux marchés financiers, des anarchistes aux multinationales : la courte histoire des cryptomonnaies a connu des changements de trajectoires drastiques, et nous ne sommes pas à l'abri de nouveaux rebondissements.

Par Sandrine Samii

Dans la science-fiction, la monnaie est numérique depuis longtemps. Des « crédits » s’échangent aussi bien dans La Stratégie Ender d'Orson Scott Card, que dans la bande dessinée Les guardiens de la Galaxie de Marvel et la série télévisée Star Trek, faisant de cette expression un vrai cliché du genre. Peut-être est-ce la raison pour laquelle l'idée d'une monnaie totalement numérique nous parait si futuriste. On ne l'associe pas uniquement à une technique mais au monde nouveau dans lequel elle s'inscrirait, comme le raconte Finn Brunton, professeur au département Médias, Culture et Communication de l’université de New York, dans l'essai Digital Cash (Princeton University Press). Bitcoin est le premier projet de cryptomonnaie à s'être réellement concrétisé. Nous sommes en 2008 et une brèche s’ouvre dans laquelle s’immiscent des geeks, des libertariens, des activistes, des criminels : le casting de l’enquête passionnante du journaliste Jake Adelstein, J’ai vendu mon âme en Bitcoins (Marchialy). Dix ans plus tard, les cryptomonnaies n’ont pas changé notre société et ont plutôt eu tendance à imiter les défauts du système monétaire existant. Elles gardent malgré tout un potentiel inexploité, selon le philosophe Mark Alizart, auteur de Cryptocommunisme (PUF), qu'il ne faudrait pas abandonner aux ultra-libéraux. 

 

Dossier : Cryptomonnaies, fiction et réalité

 

Quelques clés (très) synthétiques pour comprendre comment fonctionne Bitcoin et ce qu’est une blockchain

Conventionnellement, l’échange d’une monnaie est légitimé par des accords nationaux voire supranationaux. Bitcoin est une technologie « trustless » car elle ne s’appuie pas sur la légitimité d’une autorité centrale mais sur la confiance que les utilisateurs ont dans sa technologie, dans le protocole Bitcoin. Celui-ci met à jour un registre unique et irréversible, la blockchain : la liste de tous les « blocs » jamais créés et échangés, horodatés avec précision. « La blockchain est administrée de manière collective par tous les nœuds du réseau. Ces nœuds obéissent invariablement à un programme informatique qui définit les procédures à suivre, ainsi que les conditions à respecter pour mettre à jour cette base de données. » (1) L’on dit que les membres du réseau « minent » des Bitcoins car ils mettent leurs ressources informatiques au profit du réseau, créant le système décentralisé dont la cryptomonnaie a besoin. Ceux capables d’injecter le plus de puissance dans ce système sont ponctuellement récompensés par des « tokens », en l’occurrence des Bitcoins. Toutes les cryptomonnaies ne sont pas « trustless » ou décentralisées. La proposition de Facebook, Libra, fonctionnerait notamment sous l’autorité de plusieurs entreprises privées.

Si l’utilité de Bitcoin en tant que monnaie est toute relative, le principe de blockchain sur lequel fonctionne la cryptomonnaie – une nouvelle façon de structurer des données – pourrait être le socle sur lequel concevoir toutes sortes de systèmes d’organisations décentralisées. Mais ses implications ne sont pas les mêmes qu’on tente de l’utiliser pour authentifier un échange ou pour réguler des organisations humaines. Comme l’écrit Primavera De Filippi : « [Le] passage d’un modèle bureaucratique (fondé sur des règles et des procédures visant à protéger les individus contre les abus de pouvoir) à un modèle technocratique (fondé principalement sur l’application de règles techniques) risque de remettre en question certains des principes fondamentaux du droit – notamment les principes de la séparation des pouvoirs et de la hiérarchie des normes. » 

(1) Blockchain et cryptomonnaies, Primavera De Filippi, PUF (col. Que sais-je ?)

 

Photo : © Viktor Forgacs

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon