Jean-Claude Carrière: «Pour Cyrano, j'ai réécrit 150 alexandrins et personne ne s'en est rendu compte»

Jean-Claude Carrière: «Pour Cyrano, j'ai réécrit 150 alexandrins et personne ne s'en est rendu compte»

Écrivain et scénariste, il a contribué à quelque soixante-dix films, dont Le Tambour et Cyrano de Bergerac, primés à Cannes. Il évoque avec nous sa conception de l'adaptation.

Vous avez adapté Tournier, Kadaré, Grass, Giono, et aussi Zweig, Mérimée, Balzac, Dostoïevski... Vous considérez-vous comme un spécialiste de la question ?

JEAN-CLAUDE CARRIÈRE. En réalité, j'ai commencé par faire l'inverse ! Mes premiers succès étaient des romans inspirés de films. Jacques Tati venait de réaliser Les Vacances de monsieur Hulot et s'apprêtait à tourner Mon oncle. Moi-même, j'avais publié un roman, Lézard, chez Robert Laffont, qui était lié par contrat au cinéaste. En interne, j'ai été retenu parmi quelques jeunes auteurs postulant à la novélisation de ces deux films. J'avais trouvé l'exercice intéressant dans la mesure où les deux films en question étaient très visuels. Avec peu d'action et des dialogues limités. Pour Les Vacances, j'avais trouvé, je crois, un point de vue original : faire raconter l'histoire par le vieux capitaine, un second rôle accessoire, mais qui était omniprésent tou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes