Julien Gracq, En lisant en écrivant

Julien Gracq, En lisant en écrivant

À partir de 1954, Julien Gracq prend l'habitude d'écrire dans des cahiers des textes de longueurs très inégales et traitant des sujets les plus divers, qui ont ce point commun de ne pas relever de la fiction. C'est dans ces cahiers qu'il a puisé la matière de plusieurs recueils - comme un cinéaste sélectionnerait ses rushs. En lisant en écrivant est l'un de ces recueils : il aborde notamment les relations de la littérature et des arts visuels, la pratique de la lecture, certains segments de l'histoire du roman (de Stendhal à Proust) ou de la poésie (de Baudelaire au surréalisme). Le Magazine littéraire consacre à l'écrivain un dossier dans le sillage de cette parution. Jean Roudaut y écrit : « Lorsque Julien Gracq parle d'oeuvres autres que les siennes, ce n'est pas pour les classer, ni pour les considérer comme des cadavres, mais pour préciser leur saveur. Sa critique est "une critique de l'émoi", comme il l'écrivait dans Lettrines. [...] On pourrait situ ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon