Günter Grass, Le Turbot

Günter Grass, Le Turbot

Paru en 1977 en Allemagne, Le Turbot marque, presque vingt ans après Le Tambour (1959), le retour de Günter Grass au roman monumental, après une longue phase de militantisme politique. Jonglant avec les digressions, les archaïsmes, les néologismes, les calembours érudits, un expressionnisme à la Dos Passos, le livre juxtapose les temporalités et les lieux. Le premier chapitre commence comme chez Sterne (et Le Tambour) par un accouplement et une fécondation. Le dernier relate une naissance. Le roman contemporain dure donc neuf mois. Mais il est monté en parallèle avec un récit balayant plus de quatre mille ans, du néolithique à l'époque contemporaine - une épopée de l'alimentation humaine (« un livre de cuisine narratif » selon Grass). À travers cette histoire en transparaît une autre, celle des femmes et de leur place. Trait d'union : un poisson magique, échappé d'un conte populaire, Le Pêcheur et sa Femme, dans lequel un turbot exauce les voeux d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon