Alexandre Soljenitsyne, L'Archipel du goulag

Alexandre Soljenitsyne, L'Archipel du goulag

Soljenitsyne ne voulait laisser publier cette oeuvre-fleuve qu'achevée, après sa mort, comme une sorte de testament. Un drame a bouleversé ces plans. Au début de septembre 1973, on apprenait que, après cinq jours d'interrogatoire à la Sûreté de Leningrad, une femme, Elisabeth Voronskaïa, s'était pendue. C'était une des dactylographes de Soljenitsyne. Le KGB avait saisi chez elle une copie de L'Archipel. Craignant que cette administration n'en fît sortir à l'étranger des variantes truquées, Soljenitsyne décidait alors de publier de toute urgence les parties de l'ouvrage déjà prêtes. [...] Une thèse centrale s'en dégage vite. Il serait erroné, dit en substance Soljenitsyne, de voir en Staline l'inventeur des répressions en masse. Elles ont commencé avec la révolution socialiste elle-même. Pour l'écrivain, le stalinisme ne constitue qu'un maillon monstrueux dans une chaîne qui remonte à Lénine. [...]

Requiem plutôt que réquisitoire

...
Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon