André Malraux, Les Chênes qu'on abat...

André Malraux, Les Chênes qu'on abat...

Quand deux monuments se rencontrent, que voulez-vous qu'ils se disent ? Dans le meilleur des cas ils se taisent, et l'on se souvient de ce que Bernanos racontait de son déjeuner absolument silencieux, face à de Gaulle, à Colombey. À la fin du repas, Bernanos se leva, alla écarter le rideau et dit simplement : « Il pleut. » De Gaulle alors, se levant aussi, dit : « Il pleut. » Parfois, ils bavardent, comme ce fut le cas pour de Gaulle avec Malraux. Lorsqu'ils bavardent de la pluie et du beau temps, seul compte le goût des mots, le sens de la formule. On assiste alors au double soliloque de deux génies qui se détendent, et qui trouvent leur plaisir à faire de belles phrases sur les petits riens de la vie quotidienne, ou sur les catégories les plus banales. Ainsi, les femmes, les chats, le temps, n'importe quoi. [...] Ce n'est d'ailleurs pas une critique du livre, Beckett et bien d'autres rêvent de réduire le langage à passe-moi-le-sel, et ils ont peut-être raison. Il y a d'ailleurs da ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes