Antoine Blondin, Monsieur Jadis

Antoine Blondin, Monsieur Jadis

Antoine, c'est un homme drroit, prroprre, sincèrre, générreux, ouverrt, gentil il a bon coeurr avec ça. Même quand il a bu un coup, il est toujourrs poli, c'est rarre ! Dans le monde entier, vous n'en trouverrez pas, des garrçons comme lui ! J'ai lu ses livrres... merrveilleux ! Pourrtant, il est pas fierr. La gloirre, il s'en fout, Antoine. C'est un homme, vous pouvez le dirre dans vos jourrnaux ! »

Ainsi parlait Hyacinthe Emmanuelli, émigré corse des tavernes parisiennes, chauffeur de taxi en rupture de conduite, les joues roussies de principes, l'oeil dilaté de tendresse, d'une voix rocailleuse sonnant son terroir, à peine voilée par les brumes du Nord, le corps lourd de quelque Waterloo soulographique, mais le visage illuminé d'un sourire d'Austerlitz.

« Un brave ! », me dit Antoine Blondin, qui venait d'étancher avec son complice trois bouteilles de muscadet nouveau, et que je voyais s'envoler de ballon en ballon.

Hyacinthe aurait pu être un personnage de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon