Liberté

Liberté

« La Fontaine était un paria absolu » Entretien avec Érik Orsenna

Jean de La Fontaine ne fut nullement un poète officiel de Versailles : toute sa vie, il tira le diable par la queue et connut même les foudres du roi. Érik Orsenna salue cet été son indépendance et sa lucidité face au pouvoir.

À l'initiative de France Inter, nous allons passer « Un été avec » Jean de La Fontaine (1621-1695), raconté par Érik Orsenna. L'auteur des Fables, bien sûr, mais aussi celui des Contes, moins connus, plus sulfureux. L'occasion, pour l'académicien français, de retrouver son cher XVIIe siècle et de revisiter un écrivain à la fois illustre et mal connu, dans sa dimension la plus moderne : son rapport au pouvoir, à l'argent... L'entreprise se prolongera avec des concerts, et un livre, qui paraît à la rentrée.

Comment est née cette aventure ?

Érik Orsenna. C'est une idée que nous avons eue en commun avec Laurence Bloch, la directrice de France Inter. J'avais envie de retourner dans ce XVIIe siècle que j'aime beaucoup et connais assez bien. J'ai même vécu non loin de Versailles. Mais, ce qui m'intéresse, c'est de montrer, derrière la façade classique du règne de Louis XIV - dont on ne retient en fait que la seconde partie, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé